CAC, des artistes en résistance depuis 6 mois!

Par 10 janvier 2022janvier 12th, 2022Actus

Le Centre des Arts et de la Culture (CAC) fut le poumon culturel en Guadeloupe pendant des décennies. Depuis plus de 12 ans, l’imposante bâtisse est fermée pour travaux ; et malgré les sommes astronomiques investies, le projet final d’une superficie de 7000 m² n’a toujours pas vu le jour.

Un projet pharaonique qui se fait attendre…

Une image de chantier en état d’abandon, voilà ce que nous évoque ce haut lieu artistique depuis des années en plein cœur de Pointe-à-Pitre alors qu’il a reçu des artistes de légende tels que Miles Davis, entre autres, et accueillait tous les grands rendez-vous culturels de l’île comme le Salon du Livre, les élections de Miss Guadeloupe, de la Reine des Ainées, ou encore les spectacles de fin d’année des établissements scolaires, des écoles de danse et de musique de l’île.

Conçu en 1975 par Jean Le Couteur et fermé depuis 2008 pour restructuration, désamiantage et extension, le CAC fait grise mine. Depuis 2010, il est passé sous la gestion de Cap Excellence.

Le projet est pourtant prometteur ; le nouvel édifice devait se composer d’une immense salle de spectacle, d’une école de musique, de danse et d’arts plastiques, de plusieurs studios d’enregistrements, d’une salle d’exposition et de salles de conférence ainsi que des boutiques.

Le non-sens artistique d’un chantier en déshérence

Au sein de la population, l’agacement allant grandissant, le mouvement politique et citoyen ANG a décidé de mener une action en juillet dernier.

C’est donc le 5 juillet 2021, lors d’une opération coup de poing, que plusieurs membres de la « kadans kilti » du collectif ANG, dont la chanteuse Florence Naprix, mais aussi l’ingénieur du son Thierry Thyex Girard, Laurence Maquiaba, le peintre Joël Nankin, Wally Fall, Dominik Coco, Anaïs Verspan, Exxos, Lucile Kancel, Fabienne Bassien-Capsa… ont décidé d’investir les locaux désaffectés du CAC dans le but de ressusciter son âme artistique. 

La commission «kilti » se réunissant chaque mardi depuis une année, permet de discuter et d’échanger sur l’état des lieux de la culture en Guadeloupe ; et le constat est affligeant : « Nous sommes boudés voire ignorés par nos propres instances… Puisque personne ne fait rien pour nous, il est temps que nous fassions pour nous-mêmes et par nous-mêmes ! ».

Il y a très peu de lieux de création et d’exposition en Guadeloupe : certains hôtels jouent le jeu, quelques petits espaces privés… mais toutes les attentes étaient portées sur la réouverture du Centre des Arts… C’est aujourd’hui chose faite ; en mode mawonaj !

Artistes en résidence et en résistance

Les artistes « en résidence » et ceux qui vivent au sein du CAC depuis le mois de juillet ont déblayé les lieux et l’occupent en toute créativité.
Le moins que l’on puisse dire est que cette occupation pacifique a le sens de l’esthétique : ce lieu éminemment symbolique pour les guadeloupéens est passé de CAC, centre des arts et de la culture à CAC, critique artistique et culturelle. L’association « Kwi a kilti » qui porte les projets liés au CAC, est un autre KAK.

Depuis Juillet se sont succédés en extérieur, concerts, projection de films, sessions de slam, bokantaj, ateliers penti pou timoun… qui ont réconcilié les riverains avec leur quartier, leur culture artistique. En décembre a été organisé un marché d’art « Nwèl’Art » avec défilé de mode, battle de danses et chanté nwèl!
Pour 2022, les projets et animations du lieu continuent!

« La culture est la colonne vertébrale d’un peuple ».

Les CACistes comme on les appelle désormais, n’ont cessé de grossir les rangs du collectif.

Venus de Guadeloupe ou d’ailleurs, ils ont tour à tour nettoyé, récupéré les matériaux laissés à l’abandon sur place pour les transformer, les magnifier et en faire émerger des œuvres, toujours plus surprenantes. Ils ont peint bien sûr mais aussi graffé, poétisé sur les murs, sculpté avec des gravats… laissant libre cours à leur imagination sans limite.

On y trouve même une bibliothèque partagée!

La visite est impressionnante, surprenante de diversité de talents ; tour à tour cris identitaires, revendications artistiques, l’Art y est partout, entre chaque fissure, derrière chaque canalisation ; se faufilant entre les échafaudages, jouant avec les ombrages.

Une vingtaine d’artistes, sur la centaine de ceux qui font actuellement partie du mouvement, vivent sur place et réfutent le terme de « squat » lui préférant celui « d’espace de réflexion artistique à bail précaire ». Ils vivent des dons en nature de la population qui les soutient activement depuis le départ.

Une cagnotte a d’ailleur été mise en place en ligne sur laquelle vous pouvez verser vos dons :
https://lydia-app.com/collect/84771-c-a-c-12-ans-deja-critique-artistique-et-culturelle/mq

 Et pour plus de soutien, vous pouvez venir sur place librement partager et échanger directement avec les artistes.
Il vaut mieux cependant être guidé pour ne pas s’y perdre mais on y laissera tout de même un morceau de son cœur, comme un petit bout de papier plié, renfermant quelques mots secrets pour la postérité.
Les visites s’organisent le mercredi et vendredi à 15h, le samedi à 10h, 11h30, 15h  et le dimanche à 10h!
La participation est libre et consciente!

Un mur artistique face un mur de silence

Après 6 mois d’occupation, la mobilisation de ce cri citoyen et artistique est toujours bien présente et ce malgré un certain silence des autorités régionales et départementales sollicités à plusieurs reprises sur la nécessité d’une véritable politique culturelle locale.
Même si, 3 mois après le début de l’occupation,  Cap Excellence avait proposé à la population un webinaire sur ‘Quel nouveau Centre des Arts et de la Culture pour la Guadeloupe? » (visible ici ), aujourd’hui le constat semble amer pour les artistes engagés, en tout cas sur la méthodologie: leurs interlocuteurs restent indifférents à leurs requêtes et ne les intègrent toujours pas dans une vision concertée ni au sein du comité de suivi des élus pour le projet de reconstruction dont le dernier communiqué date du 22 Octobre 2021 (voir ici).

Contacts

Article écrit par B.Keller
Crédits Photos: Barbarba Keller et CAC-kòlektif awtis rézistans

Paroles d’artistes

Florence Naprix explique : « Nous avons l’espoir d’un conventionnement avec Cap Excellence afin de pouvoir occuper les lieux en toute légalité et d’en faire un véritable pôle artistique qui pourrait même devenir un hub vers d’autres îles de la Caraïbe avec lesquelles nous échangeons à ce sujet. 

Nous souhaitons y développer des espaces de travail et de création, proposer des prestations dûment rémunérées, des mises en relation avec les différents acteurs de la vie culturelle locale et avoisinante, des échanges entre pluralités artistiques.

Joel Nankin : « Il est intolérable que dans mon pays, il n’y ait pas de lieu d’exposition digne de ce nom ! Nous ne pouvons même pas inviter nos homologues de la Caraïbe alors qu’eux nous invitent chez eux. Les personnes en charge du pays sont méprisantes envers nous alors que les artistes sont un faire-valoir du pays. Il y a trop de politiciens qui gèrent l’artistique alors qu’ils n’y connaissent rien.

La Guadeloupe foisonne de jeunes artistes. Le CAC est un lieu mythique, sacré et nos élus devraient valoriser ça. La Guadeloupe ne peut être privée de sa culture et de son identité ».

Antonwé (Anthony Vila), graveur, designeur textile, graffeur : « Ce qui m’intéressait c’était d’intégrer un squat et surtout au Centre des Arts ! Une fois qu’on a fêté les 100 jours d’occupation, j’ai commencé à y croire véritablement. Les choses se sont accélérées ensuite.

Je n’achète rien, je pratique un art dégressif, je travaille avec tout ce que je trouve comme ces gaines en caoutchouc qu’on a trouvées sur place. J’ai créé ce colibri pour illustrer la légende reprise récemment par Pierre Rabhi, le colibri fait sa part… ».

KwOo, originaire de Vieux Habitants : « J’étais juste venue pour visiter les lieux après 5 ans en Guyane. J’ai été poussée par un ami à prendre un mur, que j’ai partagé avec 2 autres artistes, puis d’autres nous ont rejoint et nous nous sommes lancés sur les mandalas. J’ai appris énormément au contact de tous ces artistes qui m’ont prise sous leurs ailes ».

Yéléna : « Je fréquente le centre des Arts depuis toute petite par le biais de plusieurs disciplines, je gambadais dans les couloirs en accompagnant ma mère. Ma place est ici, au sein du CAC, c’est ma nation… Je connaissais déjà la majorité des artistes présents et nous partageons la même vision de la Guadeloupe. J’essaye de donner au CAC ce que je sais faire, mes différentes approches artistiques : je suis danseuse semi-pro (Akademiduka), maquilleuse artistique, peintre… J’ai été happée par l’énergie du CAC ; le lieu nous interpelle, il a besoin de nous et de notre énergie ».

Liste non exhaustive des artistes intervenus au CAC depuis juillet 2021 :

1So, 4KG, Agnes Djafri, Alien, Anonymous Gurl, Antonwè, Art’So, Ashaman, Axur, Banga, Bertrand Tiberge, Bizo, Carole Venutolo, Cédric Boucard, Céline Bernabé, Céline Kadara, Charles Chulem Rousseau, Christian Gaspard , Christian Gébert, Cyril Kongo, Dan Occo, Daniel Dabriou, Daniel Goudrouffe, Dimitri Paul, Dominik Coco, Dominique Desplan, Dory Sélèsprika, Dougy, Edith et Florence Lombardo, Eva Minatchy, Exxòsn, Eyone, Florence Naprix, Fonky, Gadyanm, Georges Lalaand, Greeffe, Gwoka fusion, Harry Baltus, Intrusive Pictures, Izia, Jade, Jérôme Castry, Jérôme Sainte-Luce, Joël Jernidier, Joël Nankin, José Jernidier, Judith Tchakpa, Junsunn Lo, Kalbas Ka, Karen Geoffroy, Khad, Klé la, Kòdépotann, KwOo, L’Achimiste, La Chamane, Labise, Laurence Roussas, LinC, Lo Bassie, Lucile Kancel, Lunell, Lunyse Gabon, Ma maison en carton, Macfa, Mak Paro, Maky, Marie-Hélène Urcel, Marylène Agathe, Mas ka klé, Masko, Matthieu Gama, Meryl, Mya, Mylène Agathe, Noetwo, Pacman, Papyon et la TKF school, Patrice Solvar, Petra Rakebrandt, Philippe Calodat, Ravin’o ka, Raymonde Torin, Reid Van Renesse, Relax, Renée Hardial, RNDA, Roquelaure, Rudy René, Sébastien Drumeaux, Sek, Shawty, Silansyeux, Skem, Stéphane Castry, Tcheko, Thierry Lima, Thykai, Tiwony, Totem, Virginie Vayret, Wally Fall, Wendie Zahibo, Yell’a, Yellow, Yelow, Yeswoo, Yohann Pisio u,Zoy…

Partager !