Livre-album « la Caresse d’une Feuille de Canne » d’EDS

Par 26 octobre 2020Livres‐BD, Musique

Le vendredi 23 octobre 2020, nous avions envie de faire une sortie concert… il y avait du choix dans l’agenda KKFèt avec des valeurs sûres comme les Frères Castry au New Ti-Paris…. et même si nous aimons ce lieu mythique de la bonne musique, nous avons opté cette fois-ci pour l’inconnu: le concert d’EDSON ‘EDS’ annoncé par le Café de Papier à Jarry! 
Merci à notre intuition!! L’ambiance cosy de ce lieu incontournable dans la zone industrielle nous a permis de découvrir et d’apprécier cet artiste, poète et chanteur, issu de la scène hip-hop créole!
En petite formation, accompagné par Julianis NEGRIT aux percussions et Claudy CLAMY-EDROUX à la basse, EDS nous a présenté son nouveau livre-album « La Caresse d’une Feuille de Canne »!  Chaque morceau a été un voyage musical tantôt entraînant, tantôt reposant voir même méditatif!
Bien sûr on ne pouvait pas partir sans acheter l’album aux 12 titres que nous avons réécouté en boucle pendant tout le week-end!
Lékip KKFèt vous invite à découvrir EDS, à vous procurer son livre-album dont on vous donne tous les détails plus bas et de venir à sa prochaine prestation qui sera bien entendue relayé dans votre agenda KKFèt 😉

 

L’ALBUM
A travers cette image de la caresse d’une feuille de canne, EDS souhaite avant tout qualifier l’impact des mots. Le rap est pour lui la musique qui permet le mieux de dire. Chaque mot doit viser juste, ne peut être gaspillé. Et le rap qui crie le plus fort n’est pas celui qui dit le plus, qui sera le mieux entendu… Tous les sujets abordés dans l’album ont trait à l’estime de soi dans une société, un pays, un système qui étouffent l’expression des particularismes. Et parce que ces questions ne sont pas considérées dans l’espace public, volontiers détournées de leurs enjeux véritables, reléguées au second plan même au sein des communautés directement concernées, c’est peut-être la forme qui permettra aux mots de toucher. Prendre le temps pour en discuter, sans que le bruit alentour ne parasite le discours.
Plusieurs artistes ont participé à l’élaboration de cet album: Thomas Bellon (batteur du groupe Kassav), Boris Reine-Adelaïde (Kassav, Max Cilla, Admiral T) et Dan Amozig (JP Manova, Guts, Billie Brelok), les compositeurs Siam Lee et Manuel Mondésir, les beatbox Lagâchèt et Williams Café, les beatmakers Kakophonie Beatméka, Boogie Flaha, Purpro, Kung Lao, Nich Anba Bwa Lab, Gabriel Azérot (flûte de bambou), Gaet Allard (batterie) et des featuring avec Swaany, Mado et Sinké

LE LIVRE-PHOTOS/
C’est le recueil des 12 textes de l’album et d’un poème inédit, Fey Kann, avec traduction des textes en créole. Chaque texte est illustré par le photographe Lionel Chamoiseau. Le livre est préfacé par la poétesse Simone Lagrand. En couleurs, format carré 21 x 21 cm.

OÙ SE LE PROCURER?
Le livre-album est disponible en librairies (Antillaise, Fnac, Boutique de la Presse) et aussi au Café Papier (voir fiche annuaire du Café de Papier)
L’album est sur toutes les plateformes digitales en cliquant ici: https://distrokid.com/
Découvrez l’artiste sur son BANDCAMP: edsmusiq.bandcamp.com
Suivre l’artiste sur ses réseaux sociaux:
FACEBOOK
INSTAGRAM
YOUTUBE

Titres de l’album:

1. V.O.
2. Dépalé Kréyol (avec Mado)
3. La Lumière
4. A.O.C.
5. Statu Quo (avec Lagâchèt)
6. Métis
7. Boutey Wonm
8. Feuille de Canne (avec Sinké)
9. Second Rôle (avec Swaany)
10. Son Rêve (avec Williams Café)
11. Bel Chivé
12. Ich Mwen

La Caresse d’une Feuille de Canne
La caresse d’une feuille de canne fait moins peur que mal. Ceux qui n’ont pas à la subir l’ignorent, au pied levé lui prêtent même des vertus. Et ceux qui la subissent, à force, s’y sont habitués.
La trace qu’elle laisse n’a pas de nom, elle ne mérite pas qu’on s’y attarde.
Pourtant elle marque la chair.

La caresse d’une feuille de canne, cette feuille coupante, fait référence à ce qui est tu.
Sous-estimé, jusqu’à être nié.
Une référence à l’histoire, au symbole du travail de la canne aux Antilles.
Une référence à la colonisation, aux traces qu’elle laisse, si actuelles.

La canne. Symbole du travail forcé durant l’esclavage. Travail toujours contraint après l’abolition qui dédommageait le maître sans donner aux anciens esclaves d’autres moyens de subsister. Théâtre de luttes sociales durement réprimées même après la départementalisation. Devenue menace de régression sociale pour des parents qui rêvent d’un avenir meilleur pour leurs enfants.

Sortir de la canne. Quitte à se calquer sur l’autre, quitte à désapprendre à être soi.
Fuir sa condition, quitte à perdre une partie de ce qu’on est…

« On s’habitue à l’absence de lumière, se contente d’une lueur
Jusqu’à ce que ce leurre déteigne sur ta lumière intérieure »
[EDS., La Lumière]

Partager !